On ne touche qu’avec les yeux

Approche sans contact à l’ère de la Covid