Skip to Main Content
Levi, Ray & Shoup, Inc.

À quoi ressemblera le « business as usual » ?

Language Options

« Que l’on me donne six heures pour couper un arbre, et j’en passerai quatre à préparer ma hache. » Abraham Lincoln

J’ai comme l’impression que je ne pas le seul à regarder beaucoup la télé ces jours-ci. Maintenant que nous télétravaillons, il est normal que notre vie professionnelle et notre vie privée s’entremêlent. Alors quand j’ai entendu quelqu’un dire à la télévision que l’imprimerie est toujours considérée comme l’une des meilleures inventions au monde, j’ai forcément pensé à mon travail. Après tout, je suis un professionnel de l’impression, et cette déclaration ne me surprend pas du tout. L’impression joue un rôle central dans la communication de masse depuis des siècles.

J’ai tout de suite pensé à la situation actuelle, étant donné l’importance du partage de l’information en ce moment et ce qui nous attend dans notre vie privée et professionnelle. En cette période où nous sommes tous touchés par le Covid-19, ce virus inquiétant, il est vital de partager l’information. Dans certaines régions du monde, la population est confinée chez elle depuis plusieurs mois, tandis que d’autres n’en sont qu’à la première ou deuxième semaine de confinement. Presque partout, les gens sont éloignés de leurs proches. Notre seul recours est de partager nos pensées et nos préoccupations à distance.

De nos jours, nous dépendons moins des documents imprimés et nous communiquons plus grâce aux smartphones, tablettes et ordinateurs portables. Ces outils nous permettent de rester en contact, ce qui est essentiel en cette période d’incertitude. En ces jours sombres, nous cherchons à mieux faire et à devenir meilleurs. Après ces moments difficiles, nous devrons trouver le moyen de faire encore mieux. Il faudra reconstituer les épargnes perdues dans les effondrements boursiers et aider les enfants à reprendre une scolarité normale. Il faudra également trouver le temps de rendre visite aux personnes dont il fallait nous éloigner pendant cette crise.

Les entreprises font face à un défi de taille. Elles devront retrouver une bonne santé financière par tous les moyens. Pour cela, il faudra penser à de nouvelles façons de travailler ; réfléchir à comment améliorer le déroulement des activités et éliminer les processus redondants. Même s’il nous est pour le moment impossible de passer de l’idée à l’acte, nous pouvons élaborer des plans que nous exécuterons lorsqu’il sera temps de construire la nouvelle normalité.

C’est peut-être le moment idéal pour explorer les possibilités sur lesquelles nous n’avons en général pas le temps de nous pencher ; non seulement pour nous préparer à l’avenir, mais également pour penser à autre chose qu’aux problèmes actuels. Nous ne pouvons sans doute pas contrôler l’issue ou la durée de notre situation présente, mais nous pouvons commencer à construire ce qui est en train d’être anéanti.
Je reviens à mon travail et à l’avenir de la gestion d’output : normalement, à LRS, nous devrions être en train d’organiser les conférences d’utilisateur où nous réfléchissons à améliorer les processus opérationnels et à réduire les coûts. Naturellement, au vu des récents changements partout dans le monde, ces événements ont été annulés. Mais les problèmes que nous aurions soulevés alors seront tout aussi importants, voire plus encore, quand nous reprendrons tous le travail.

Afin de remplacer ces événements, nous proposerons une série de webinaires. On peut considérer ces séminaires comme une bonne distraction, comme un outil qui nous permet d’échanger sur l’aide que nous pourrons apporter à votre entreprise. Gardez un œil sur notre page événements, et si vous souhaitez en apprendre plus sur un sujet, rejoignez-nous ou inscrivez-vous pour recevoir un enregistrement. La période actuelle que nous traversons est assez compliquée, mais nous pouvons tirer le meilleur parti d’une situation difficile en préparant l’avenir.

Il est temps d’affûter nos outils. Nous devrons bientôt les utiliser, et il ne faudra pas perdre une seule seconde ni nous relâcher.

Back to Posts